3 unités d’intervention, qui définissent des métiers différents.


Ces unités d’intervention se distinguent par la nature et le type de séquelles, et par la configuration socio-familiale de la personne handicapée
       - les traumatisés crâniens, quelque soit leur configuration de vie. TCA se distingue notamment par la capacité à mobiliser des acteurs et des partenariats autour de projets collectifs (maison familiale, maison des 4), mais intervient également auprès de blessés vivant en appartement individuel ou au domicile familial
      - progressivement depuis 2007, une nouvelle unité d’intervention a été formalisée, pour des personnes victimes d’accident vasculaire cérébral (AVC) jeunes, de sémiologie identique et confrontées à des problématiques psychosociales équivalentes
Plus récemment, TCA intervient auprès de toute personne cérébrolésée dont l’étiologie est non traumatique, dès lors que la sémiologie est proche, et que l’intervention s’inscrit dans une unité de sens.
De même, des partenariats singuliers autour de handicaps neurologiques particuliers, font l’objet d’expérimentations partenariales (par la formation notamment), et interrogent nos pratiques (situation de personnes souffrant de sclérose en plaque, de la Chorée de Huntington, etc.)
     - depuis 2008, une unité d’intervention spécifique a été mise en œuvre, avec l’ouverture d’un service grande dépendance, dédié à des personnes totalement dépendantes et cependant médicalement stabilisées (sans nécessité de soins continus), soit des personnes en état pauci-relationnel, d’origine traumatique, anoxique, ou autre.
Cette unité d’intervention se caractérise par une approche spécifique de la communication (non conventionnelle, non permanente, …)

Chacune de ces unités d’intervention présente une unité de sens et de métier, spécifique à une population qui présente toujours des troubles mixtes de comportement, physique, cognitif et de communication.